Le métier d’aide-soignant(e)

L’aide-soignant est certainement le professionnel de santé le plus proche des personnes soignées et hospitalisées. L’aide-soignant(e) exerce son activité sous la responsabilité de l’infirmier(e), dans le cadre du rôle propre dévolu à celui-ci, conformément aux articles R. 4311-3 à 4311-5 du code de la santé publique.

En tant que professionnel de santé, l’aide-soignant est habilité à dispenser des soins de la vie quotidienne ou des soins aigus pour préserver et restaurer la continuité de la vie, le bien-être et l’autonomie de la personne dans le cadre du rôle propre de l’infirmier, en collaboration avec lui et dans le cadre d’une responsabilité partagée.

Trois missions reflétant la spécificité du métier sont ainsi définies :

  1. Accompagner la personne dans les activités de sa vie quotidienne et sociale dans le respect de son projet de vie
  2. Collaborer au projet de soins personnalisé dans son champ de compétences
  3. Contribuer à la prévention des risques et au raisonnement clinique interprofessionnel.

La nature du travail

Les soins prodigués par l’Aide-Soignant ont pour but de répondre aux besoins fondamentaux de l’être humain. Dans le cadre de son exercice, l’aide-soignant concoure à deux types de soins, courants ou aigus :

1. Les soins courants dits « de la vie quotidienne » :

L’aide-soignant réalise les soins sous le contrôle de l’infirmier. Les soins courants doivent permettre d’assurer la continuité de la vie dans une situation d’autonomie partielle et dans le cadre d’un état de santé stable, c’est-à-dire qui n’est pas sujet à des fluctuations, et constant, c’est-à-dire durable, qui ne varie ni ne s’interrompt.

Pour qu’un soin soit qualifié de soins de la vie quotidienne, deux critères cumulatifs sont à respecter :

  • les soins sont initialement réalisables par la personne elle-même ou un aidant ;
  • les soins sont liés à un état de santé stabilisé ou à une pathologie chronique stabilisée.

2. Les soins aigus :

L’aide-soignant collabore avec l’infirmier pour leur réalisation. Pour qu’un soin soit qualifié de soin aigu, trois critères cumulatifs sont à respecter :

  • les soins sont réalisables exclusivement par un professionnel de santé ;
  •  les soins sont dispensés dans une unité à caractère sanitaire et dans le cadre d’une prise en soin par une équipe pluridisciplinaire ;
  •  les soins sont dispensés durant la phase aigüe d’un état de santé.

Travaillant le plus souvent dans une équipe pluri-professionnelle, en milieu hospitalier ou extrahospitalier, l’aide-soignant participe, dans la mesure de ses compétences et dans le cadre de sa formation aux soins infirmiers préventifs, curatifs et palliatifs.

Ces soins ont pour objet de promouvoir, protéger, maintenir et restaurer la santé de la personne, dans le respect de ses droits et de sa dignité :

  • Assurer des soins d’hygiène, d’alimentation, de confort et des activités d’animation
  • Participer à la surveillance de l’état de santé des personnes et à la prévention des maladies et des accidents ;
  • Assister l’infirmier(e) lors de la réalisation des soins infirmiers ;
  • Privilégier l’aspect relationnel et éducatif de sa fonction auprès de l’adulte, de sa famille et de son entourage.

Les domaines d’activités et les activités associées

Les activités de l’aide-soignant(e) sont formalisées dans le référentiel (Annexe 1 de l’Arrêté du 10 Juin 2021). Ils formalisent les capacités devant être maîtrisées par les professionnels et attestées par l’obtention du Diplôme d’État d’Aide-Soignant(e) :

  1. Accompagnement et soins de la personne dans les activités de sa vie quotidienne et de sa vie sociale en repérant les fragilités ;
  2. Identification des risques lors de l’accompagnement de la personne et mise en œuvre d’actions de prévention adéquates ;
  3. Observation de la personne et mesure des paramètres vitaux liés à son état de santé ;
  4. Collaboration à la réalisation de soins intégrant la qualité et la prévention des risques ;
  5. Installation et aide aux déplacements de la personne à partir de ses ressources et des techniques de mobilisation ;
  6. Accueil, information et communication auprès des personnes et de leur entourage ;
  7. Accueil, accompagnement et formation des pairs, des personnes en formation et des autres professionnels ;
  8. Entretien des locaux et des matériels liés aux activités de soins ;
  9. Repérage et traitement des anomalies et dysfonctionnements en lien avec l’entretien des locaux et des matériels liés aux activités de soins ;
  10. Transmission quels que soient l’outil et les modalités de communication, des observations recueillies pour maintenir la continuité des soins et des activités ;
  11. Organisation de son activité au sein d’une équipe pluriprofessionnelle en garantissant la qualité / gestion des risques ;

L’aide-soignant exerce sa profession en hôpital ou en clinique, en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), en services de soins à domicile, en établissement de soins spécialisés permettant la prise en charge d’adultes handicapés ou atteints de maladies chroniques.

Qualités et compétences requises pour le métier

     – des compétences techniques : Réalisation de soins de nursing dans différents contextes, prise des paramètres vitaux…..

     – des qualités relationnelles : Écoute, réconfort, patience, attention portée à la personne soignée, intégration au sein d’une équipe soignante…

     – de la résistance physique : aide au lever, aide au repositionnement dans le lit, etc…

Sens des responsabilités, logique, bon sens, rigueur et ouverture à l’autre, tolérance, bienveillance sont également des qualités requises pour le métier d’aide-soignant.

Évolution professionnelle

Le diplôme d’Etat d’aide-soignant atteste de l’acquisition des compétences requises pour exercer la profession d’aide-soignant sous la responsabilité d’un infirmier dans le cadre de l’article R. 4311-4 du code de la santé publique.
Le diplôme d’Etat est enregistré au niveau 4 du cadre national des certifications professionnelles.

La profession d’aide-soignant offre de nombreuses opportunités pour faire évoluer sa carrière. Grâce à des formations et à des diplômes, il est possible de changer de spécialité, de secteur d’activité ou même de métier. Les aides-soignants ont la possibilité de progresser dans leurs pratiques, augmenter leur salaire ou opter pour une reconversion professionnelle.

Les titulaires du Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant (DEAS) peuvent bénéficier de dispenses d’unités de formation pour les métiers d’auxiliaire de puériculture, d’ambulancier, mais aussi d’infirmier selon certaines conditions.

Nous vous recommandons de vous adresser aux IFSI pour savoir selon votre parcours et vos diplômes (autres que DEAS) quelle est la méthode la plus optimale pour entrer en Institut de Formation en Soins Infirmiers.

Cliquez sur nos différentes rubriques :

Page mise à jour le 04/03/22